La Dégénérescence Maculaire Liée à l’Âge – DMLA

Environ 1 000 000 d’individus
concernés en France

La DMLA est la première cause de cécité chez les personnes âgées dans les pays occidentaux.
Les premiers symptômes se manifestent généralement après 50 ans. (Source : OMS)

L’âge, le tabac et la prédisposition génétique sont les principaux facteurs de risque.

Qu’est-ce que le DMLA –
la dégénérescence maculaire
liée à l’âge ?

C’est une dégénérescence de la zone centrale de la rétine responsable de la vision des détails, appelée la macula. On en distingue deux formes :

  • La forme atrophique (ou sèche), la plus fréquente et plus lentement évolutive : progressive destruction des cellules visuelles (photorécepteurs). Il n’existe pas de traitement, mais des compléments alimentaires peuvent être pris en prévention.
  • La forme exsudative (ou néovasculaire ou humide) : prolifération de vaisseaux anormaux (néovaisseaux). Cette forme évolue très vite, mais peut être améliorée, ralentie voire stoppée grâce à de nouveaux médicaments à action anti-VEGF.

Que peut ressentir
la personne atteinte
de DMLA ?

  • Déformation des images (lignes ondulées au lieu de droites) pour la forme exsudative.
  • Baisse de l’acuité visuelle, vision floue malgré une correction optique adaptée.
  • Tâche centrale ou zone de vision « absente » (appelée scotome).
  • Sensibilité à la lumière (photophobie) mais fort besoin de lumière pour tâches précises.

Les activités fines comme la lecture ou la reconnaissance des visages deviennent très difficiles. La vision périphérique reste intacte, le patient peut donc toujours se déplacer et s’orienter dans l’espace de façon autonome. Le sujet ne deviendra jamais aveugle.

Que faire en cas
de symptômes
de DMLA ?

Tout d’abord, consulter très rapidement un ophtalmologue pour dépister et ralentir la pathologie si c’est possible.
Dès la pose du diagnostic, il est fortement conseillé de consulter d’autres professionnels spécialisés en basse-vision :

  • Un orthoptiste pour apprendre de nouvelles stratégies de regard afin d’optimiser la vision résiduelle.
  • Un opticien pour conseiller une aide technique adéquate (filtres thérapeutiques, systèmes grossissants).
Voir la transcription complète de la vidéo

Je suis aidant d’une
personne atteinte
de DMLA, que faire ?

Accompagner quotidiennement une personne malvoyante demande d’adapter son attitude et son comportement, tout particulièrement lorsque la perte visuelle est soudaine. L’aidant fragilisé peut avoir besoin de repères et de soutien pour faire face à ce changement.