Ludovic, malvoyant, étudie l'espace et rédige ses recherches.

Education, petite enfance

Ludovic, chercheur malvoyant

Ludovic est malvoyant,
mais quand il étudie l’espace
et rédige ses recherches,
ça ne se voit pas.

Ludovic Petitdemange, astrophysicien, est très malvoyant depuis l’âge de 10 ans.

Il apprend à surmonter son handicap, réussit son intégration à l’Université et se lance dans un cursus scientifique.
Entreprendre des études de chercheur en étant déficient visuel paraissait non seulement aux yeux de tous un objectif inaccessible, mais c’était aussi visiblement du jamais vu en France !

Garder la motivation intacte, continuer à y croire malgré le regard défavorable de l’entourage, accéder à des formations inadaptées aux malvoyants : tout cela s’apparentait moins à un parcours étudiant qu’à un parcours du combattant.

Audace, passion et détermination donnent pourtant raison à Ludovic qui finit par gagner ses étoiles.

Ludovic, malvoyant, étudie l'espace et rédige ses recherches.
Voir la transcription complète de la vidéo

Education

Comme pour tout un chacun, l’éducation est l’acte fondateur de toute vie. De la qualité de l’éducation reçue découle le plus souvent la réussite dans la vie. Pour l’enfant aveugle ou amblyope, particulièrement désavantagé par l’absence de ce sens premier qu’est la vision, la qualité des enseignants et actes rééducatifs proposés détermineront sans conteste ses chances de réussite dans la vie.

La Fédération des Aveugles et Amblyopes de France veillera à ce que cette égalité des chances prônée par la loi soit d’abord mise en œuvre dans le cadre du processus éducatif. Aujourd’hui, en France, près de 10 000 personnes aveugles sont scolarisées chaque année ainsi qu’environ 35 000 personnes amblyopes.

Cette scolarisation s’effectue dans le cadre de l’inclusion scolaire prônée par la loi du 11 février 2005 ; elle est l’œuvre de l’Éducation nationale qui collabore pour sa réalisation avec les SAAAS (Service d’Aide à l’Acquisition de l’Autonomie et à la Scolarisation), structures relevant du médico-social et gérées le plus souvent par le secteur associatif. La scolarisation peut également être portée par des établissements spécialisés.

L’inclusion scolaire et la scolarisation des déficients visuels

70% à 80% des informations qui nous parviennent chaque jour passent par le canal visuel. De fait, les enfants privés de vision doivent faire l’objet d’un accompagnement et d’une approche spécifiques leur permettant de compenser ce manque, et ce dès le plus jeune âge (Parmi les techniques de compensation, signalons que le système d’écriture et de lecture braille est largement utilisé par les enfants aveugles. L’adaptation en relief, l’agrandissement des caractères par l’utilisation d’une loupe ou d’un télé-agrandisseur sont eux largement privilégiés par les enfants malvoyants). 

Cette singularité doit être appréhendée par l’ensemble des acteurs de l’éducation et de la scolarisation.

Les difficultés rencontrées par les enfants aveugles ou amblyopes lors de leur scolarisation sont principalement de deux ordres :

  • La réalisation et l’adaptation de tous les supports pédagogiques
    • Retard dans l’adaptation des livres scolaires et pédagogiques
    • La maîtrise du braille dans toutes ses déclinaisons par les enseignants spécialisés doit être renforcée (musicologie, mathématiques…)
  • Leur situation et leur évolution dans le cadre scolaire
    • Mobilisation de temps supplémentaire pour effectuer l’apprentissage des techniques de compensation du handicap (informatique et outils adaptés, apprentissage de la locomotion, des activités de la vie journalière) en milieu ordinaire
    • Nécessité de sensibiliser les équipes pédagogiques et les élèves à la présence d’un jeune déficient visuel
  • Scolarisation des élèves déficients visuels ou comment réussir l’inclusion : la CFPSAA (Confédération Française pour la Promotion Sociale des Aveugles et Amblyopes) dont la Fédération des Aveugles et Amblyopes de France est membre a publié son rapport de plaidoyer sur l’école inclusive. 

Notre positionnement

La Fédération des Aveugles de France souligne la nécessité de mettre en place certaines mesures primordiales afin de permettre une scolarité dans les meilleures conditions aux jeunes déficients visuels :

  • Offrir aux enfants et adolescents aveugles et amblyopes un enseignement de haute qualité leur permettant d’accéder dans les meilleures conditions aux diplômes de l’enseignement scolaire et universitaire ainsi qu’aux plus larges aspects de la formation professionnelle, tout en accédant à l’autonomie la plus large dans la vie quotidienne.
  • Faire appel dans certains cas ou de façon momentanée aux établissements spécialisés lorsque le milieu ordinaire ne parvient plus à répondre aux attentes de l’enfant.

Dans le cadre de l’exigence
de qualité, il sera attendu
des pouvoirs publics :

  • Que chaque département dispose d’un SAAAS doté en quantité suffisante des personnels hautement qualifiés pour permettre l’accompagnement de l’enfant et de sa famille. 
  • Que soit élaboré un référentiel d’activité afin d’harmoniser vers le haut les activités et la tarification des services existants et futurs afin de résoudre le problème des iniquités territoriales qui mettent à mal la qualité de l’accompagnement.
  • Que soit revue la formation au braille des enseignants spécialisés qui apparaît aujourd’hui trop aléatoire et qui ne permet pas, dans la plupart des cas, de dispenser à l’enfant aveugle un enseignement du braille de très haute qualité, haute qualité indispensable pour la réussite du cursus de formation de cet enfant.
  • Que soit créé un observatoire de la prise en compte de la déficience visuelle chez les jeunes afin de s’assurer d’une évaluation externe des SAFEP et SAAAS, d’échanger sur les bonnes pratiques professionnelles, d’être une ressource nationale pour les matériels adaptés et de s’assurer de la cohérence des cursus de formation pour les métiers incontournables de la déficience visuelle (Instructeurs de locomotion, instructeurs en autonomie de la vie journalière, transcripteurs braille…).

Nos actions
et solutions

Contrairement à l’idée reçue, l’enfant aveugle n’apprend pas naturellement à compenser son handicap. Il a besoin d’un suivi spécifique qui, pour porter ses fruits, doit être mis en place dès les premiers mois de vie et se poursuivre tout au long de la scolarité de l’enfant, un point sur lequel la Fédération des Aveugles de France insiste tout particulièrement. 
L’Education représente un champ d’actions primordial pour la Fédération des Aveugles et Amblyopes de France qui s’investie dans plusieurs programmes de scolarisation favorisant un véritable accompagnement des personnes déficientes visuelles dès leur plus jeune âge.  

À travers ses services basés dans nos associations membres – deux SAFEP et deux SAAAS – la Fédération des Aveugles et Amblyopes de France prend en charge plus de 150 d’enfants aveugles ou malvoyants, âgés de 0 à 20 ans qu’elle accompagne dans plusieurs domaines : éducation précoce, rééducation (optimisation du restant visuel et développement des sens compensatoires), instruction en locomotion, instruction en autonomie de la vie journalière, soutien pédagogique.

La Fédération agit ainsi concrètement pour permettre une scolarité dans les meilleures conditions aux enfants et jeunes déficients visuels à travers ses multiples actions :

  • La promotion d’un enseignement braille de qualité et la formation des enseignants spécialisés à l’utilisation des nouvelles technologies (ordinateur, tablettes, bloc-notes brailles)
  • La création des malles pédagogiques dédiées aux plus jeunes enfants
  • Le soutien à la production de littérature enfantine et l’impression braille
  • Le développement des accompagnements médico-sociaux indispensables en s’appuyant sur des personnels qualifiés : Instructeurs de Locomotion, AVjistes, éducateurs spécialisés, ergothérapeutes, orthoptistes, psychomotriciens, formateurs en informatique adaptée, transcripteurs braille et techniciens d’adaptation, psychologues. 

La Fédération des Aveugles de France
est à l’initiative de deux projets phares
permettant la diffusion
de la littérature enfantine et adaptée :

Le développement du programme pré-lecture, langage et représentations pour les jeunes enfants aveugles ou malvoyants

La Fédération des Aveugles de France a lancé en 2007 le programme Pré-lecture/langage/représentations pour favoriser, chez les jeunes enfants aveugles ou déficients visuels, l’éveil de la conscience de l’écrit, ainsi que le développement du langage et des représentations.

Des « malles pédagogiques », chacune centrées sur un livre-album existant, sont enrichies de nombreux objets, d’une sonorisation, d’un CD audio, d’une adaptation du livre en gros caractères et braille avec des illustrations tactiles, d’un livret pédagogique.

Soutien à l’édition adaptée dès le plus jeune âge

La question de l’éveil de la sensorialité du jeune enfant aveugle, liée à la formation du langage, reste un sujet majeur pour la Fédération des Aveugles de France. Elle soutien ses associations membre qui ouvrent pour l’édition adaptée.

Les nouveautés du réseau des Aveugles de France à destination des parents d’enfants aveugles et malvoyants !

Vous êtes parent d’un enfant aveugle ou malvoyant ? Vous vous posez bon nombre de questions sur l’éducation et l’insertion de votre enfant ? L’ANPEA vous réunit tous les bons conseils et les informations à savoir dans un seul et même guide !

Mes Mains en Or , lance en 2019, le premier livre-audio interactif pour les enfants dès 6 ans !