Anne Renoud : « Je suis fière de prendre le relais de Vincent Michel »

Type
Une actualité de la Fédération
photo de Anne Renoud

La Fédération des Aveugles et Amblyopes de France vient d’élire pour la première fois à sa Présidence une femme, Anne Renoud. Militante associative, ancienne Présidente de FAF-APRIDEV Rhône-Alpes, ayant exercée auprès du service public de l’emploi, cette femme aveugle depuis l’âge de 30 ans, originaire d’Ardèche et vivant près de Bourg-en-Bresse, n’a cessé de se battre pour faire avancer la cause des personnes déficientes visuelles.

Je suis fière de prendre le relais de Vincent Michel qui a fait preuve d’un engagement sans faille pendant ses 12 années de présidence. Je poursuivrai les chantiers lancés, que ce soit sur la question de l’accessibilité du cadre bâti, de la voirie ou des transports, la Recherche médicale ; et j’en engagerai de nouveaux, tout aussi urgents, autour de l’accès au numérique, à la formation, à l’emploi, aux sports et à la culture.

J’ai eu la chance de suivre une scolarité ordinaire, d’avoir des parents qui ne m’ont jamais freinée. J’ai suivi une formation initiale en tant que masseur-kinésithérapeute, puis j’ai eu besoin de m’investir dans l’insertion professionnelle des personnes non voyantes, que je ressens encore aujourd’hui comme une véritable injustice. Grâce au travail mené au sein de l’association FAF-APRIDEV Rhône-Alpes, nous réussissons à accompagner individuellement plus de 60 personnes par an et en remettre un tiers dans l’emploi chaque année. C’est une grande victoire pour le territoire et je souhaite généraliser ces bonnes pratiques et bons résultats au niveau national. Je suis une personne de défi, avec un tempérament de battante et je ne manque pas de motivation !

Au-delà des combats fondamentaux autour de la promotion et l’apprentissage du Braille, l’éducation, l’accès aux savoirs et au livre, l’ouverture sur le monde de la culture, du sport et des loisirs, la recherche médicale, Anne Renoud donnera la priorité à :

  1. L’accessibilité numérique, en incitant les centres de formation universitaires à intégrer des modules dédiés ; en agissant pour que les logiciels-métiers deviennent accessibles et en formant les personnes déficientes visuelles à l’utilisation de ces logiciels,
  2. L’emploi et la formation professionnelle : en France, seulement 1 personne déficiente visuelle sur 2 est en emploi. Or, elles ont la capacité de faire leur place dans le monde professionnel et de développer leur plein potentiel si les postes de travail et les formations sont enfin accessibles.
  3. L’autonomie : en France, 1 aveugle naît toutes les 15 heures. Il est donc essentiel de former plus d’instructeurs pour l’autonomie des personnes déficiente visuelle, une formation diplômante, dispensée à la Fédération,
  4. Paris 2024, notamment sur la question de l’audiodescription et sur la place donnée aux athlètes et amateurs déficients visuels.

Retrouvez en vidéo la présentation d’Anne Renoud.